Le boulier japonais, pour apprendre à compter tout en s’amusant !

Depuis des temps immémoriaux, le calcul est une activité humaine fondamentale. Les nombres sont essentiels pour effectuer tout calcul arithmétique. Les nombres arabes, tels que 0123456789, sont le plus souvent utilisés de nos jours. Il est inimaginable de faire des calculs sans l’affichage de ces chiffres. Pourtant, le boulier japonais, également appelé “soroban” est un de ces systèmes où les calculs sont effectués sans l’affichage de chiffres arabes.

Retour sur l’apparition du boulier japonais

Célèbre sous le nom de « Abacus » en anglais, il trouve son origine rudimentaire dans la civilisation mésopotamienne. Au XVIe siècle, il a été introduit au Japon en provenance de Chine. Il a subi plusieurs modifications pour devenir ce que l’on appelle aujourd’hui le « Soroban » ou boulier japonais. Depuis lors, il est devenu une calculatrice traditionnelle au Japon.

Le soroban n’utilise pas les chiffres arabes. La particularité du soroban est qu’il remplace les nombres par des perles. Cet outil est capable de faire non seulement des additions et des soustractions, mais aussi des multiplications et des divisions ainsi que des équations de racine carrée. Les spécialistes estiment également que la façon de représenter les nombres sur le soroban a beaucoup à voir avec la langue japonaise et a beaucoup influencé le sens des nombres dans ce pays.

À quoi ressemble le boulier japonais ?

Examinons les parties qui constituent le boulier japonais. Le soroban est un cadre rectangulaire en bois avec de nombreuses tiges verticales munies de perles (voir la photo en début d’article). Le soroban est divisé en deux parties, la partie supérieure et la partie inférieure. La barre qui divise ces deux parties est appelée « barre transversale ».

Dans la partie supérieure, chaque barre a une seule perle appelée et la partie inférieure de chaque barre contient 4 perles. Cela signifie que chaque perle de la partie supérieure représente le chiffre « 5 » et que les perles inférieures représentent le chiffre « 1 ».

Le zéro dans le soroban est représenté en poussant toutes les perles de cinq vers la partie supérieure et toutes les perles d’une vers la partie inférieure du cadre .

Une manière originale d’apprendre les mathématiques

On dit que les Japonais sont doués pour le calcul mental. C’est parce que la simplicité de la notation des nombres en japonais aide à faire des calculs, et s’est profondément enracinée dans l’esprit des Japonais. Le boulier japonais est utilisé depuis plus de 400 ans au Japon.

Et il est désormais redécouvert dans nos pays occidentaux, où il est apprécié des parents et enseignants, notamment dans le cadre de l’apprentissage des mathématiques pour les plus jeunes. Plusieurs sites internet proposent même la vente de bouliers en tout genre : boulier japonais, mais aussi boulier chinois, boulier pour enfants ou encore boulier vintage !

Une activité à la fois ludique et enrichissante, pour les plus jeunes, mais pas seulement !

Laisser un commentaire