Le déguisement reste spontané pour les enfants.

Vous ne vous déguisez pas seulement au moment de Carnaval. Les bals déguisés, les goûters d’enfants restent des distractions prisées, qui se préparent plusieurs semaines à l’avance. Il y a encore peu de temps, les soirées élégantes étaient régulièrement rehaussées par de célèbres bals costumés, soirées V. I. P. et coûteuses, mises en scènes rappelant les plus beaux films hollywoodiens, dont les convives rivalisaient d’élégance et d’inventivité.

Les célèbres soirées d’antan ont disparue car elles sont difficilement compatibles avec le hard rock et la foule bigarrée dans les boîtes de nuit branchées. C’est dommage, on ne verra certainement plus se produire de sitôt de soirées de princes, comme celles proposées par Andy Warhol, où une haute société délicieusement désuète se pressait, Marie-Laure de Noailles retrouvant Françoise Sagan ou de véritables princes indiens.


On le sait le déguisement appartient aux plaisirs les plus traditionnels
. Autrefois, utilisé pour Carnaval, ou lors de fêtes du même type, il donnait la possibilité, méconnaissable, de revêtir une autre figure. Les garçons se transformaient en filles, ou l’inverse, le brutal bouleversement des rôles servait de défouloir. Les pauvres, les humbles pouvaient, sous le couvert du déguisement, se prendre pour des seigneurs durant quelques heures. Ils caricaturaient sans crainte les défauts des nobles, parfois s’autorisaient le plaisir de les humilier.

Le déguisement reste spontané pour les enfants. Leur inventivité leur permet de voir dans un tissu une cape de roi, un simple bâton une épée de guerre, et dans quelques babioles de plastique des parures des mille et une nuits. Ils s’imaginent être un autre personnage, se distribuant des caractères empruntés aux romans ou à la vraie vie, et dorénavant aux dessins animés.

Les marchands se sont précipités dans ce marché, offrant des robes de marquise, des costumes de spiderman, des équipements de policiers, dont la sophistication est proportionnelle au prix. Pourtant il n’est pas nécessaire de payer des fortunes pour rendre heureux un enfant.

Il reste d’ailleurs plus économique de lui confectionner son propre déguisement. C’est la tâche d’une maman, au moment de Carnaval ou de la fête du centre aéré, mais il faut réfléchir: si les déguisements de traditionnels sont très appréciés, un costume d’escargot ou de lapin va marquer définitivement celui qu’on a forcé à le porter. Les grandes personnes sont plus ouverts à l’ironie, plus capables d’aimer des déguisements humoristiques.

Comment mettre en place une soirée déguisée? Il faut d’abord s’assurer que tous les participants sont au courant, et se déguisent.

C’est terriblement difficile lorsqu’on débarque en costume normal dans une pièce peuplée d’égyptiens et de jongleurs, ou au contraire, si on est l’unique qui a passé un déguisement, entouré de jeans et de cravates.

Imposer un univers est une bonne idée, à condition qu’il soit suffisamment large pour laisser la place à la créativité. Ainsi on évitera de se retrouver avec plusieurs Blanche Neige par exemple … Les saisons, les couleurs, les contes célèbres restent de bonnes idées.

On couronnera ainsi la soirée par une remise de récompenses: le costume le plus réussi, ou le plus beau, ou le plus original, cela fait plaisir à les invités qui se donnent du mal!

Laisser un commentaire